Guy Lérès

Lecture raisonnée du schéma
du discours capitaliste par J. Lacan

 

      Invité à parler d’un sujet qui m’occupe depuis les années 90 j’ai pensé aborder d’emblée le sujet de votre appel, le discours capitaliste selon Lacan. Aussi j’ai avancé ce titre.

         La réflexion a imposé de n’aborder le vif du sujet qu’après avoir exposé ce préalable qu’est la logique des places. Vous le proposer va retarder l’abord du discours du capitaliste à proprement parler, aussi vous demanderai-je un peu de patience.

         Seule pouvait répondre une reprise à la base des textes fondamentaux. Il me fallait, sans préjugé, approcher la logique qui avait amené Lacan à dessiner pour la première et dernière fois le mathème du discours capitaliste à Milan le 12 mai 1972, tout en soutenant que c’était bien un discours du maître.

         Quant à se référer aux formules de Lacan autant en respecter les règles telles qu’il les a élaborées.

         Lacan n’a pas attendu les évènements de 1965 pour s’intéresser à Marx ou tenter de formuler la notion de discours. Dès 1953 Lacan avançait le terme de discours analytique. Quant à la structure des quatre discours nous l’avons vu s’élaborer pas à pas lors du séminaire d’un autre à l’Autre de 1968. Lors de l’ouverture de ce séminaire un écrit au tableau attendait les participants qui pouvaient lire – « L’essence de la théorie psychanalytique est un discours sans parole ». Voilà qui éliminait d’emblée toute « parlotte » et tout « procès d’interlocution ».

Pour lire la suite cliquer ici :
Lecture raisonnée du schéma du discours capitaliste (I)
Lecture raisonnée du discours capitaliste (II)