Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Paris – Rêves et confinement – C. Monduit de Caussade

Au local du Cercle freudien 10, passage Montbrun 75014 Paris
et sur zoom
Pour participer à la réunion par Zoom
https://us02web.zoom.us/j/83495894501?pwd=cTVYRWFZRktvRGNBU3liVEdUSjF0UT09

16 juin 2021 : 20 h 30 min 22 h 30 min

Camille Monduit de Caussade, Psychologue, psychanalyste. 
Doctorante en sciences sociales, recherche en cours sur l’histoire de la pédopsychiatrie de secteur.

Discutant : Gaël Malpertu

 » (…) existe-t-il des récits de rêve disjoints de leur interprétation ? Est-il imaginable de désactiver ces filtres de lecture symbolique que sont les songes ou la psychanalyse et d’accéder au matériau brut ? Je pose la question pour la forme, il n’y a pas de doute sur la réponse qui est non, forcément non, puisque transcrire un rêve, si fidèlement qu’on s’y efforce, c’est déjà prendre en compte tout ce qu’y ajoute la veille et donc l’interpréter. » Emmanuel Carrère, préface au livre d’Emil Szittya, 82 rêves pendant la guerre 1939-1945, Allary Editions, 2019.

Emil Szittya est un peintre hongrois. En France en 1939, il avait entrepris de collecter les rêves sous l’Occupation. Il demandait à toutes les personnes qu’il rencontrait de lui raconter un rêve. Une collecte, un recueil, sans interprétation, une « enquête indiscrète qui n’était pas de la psychanalyse (et) avait pour but de découvrir ce que pensaient les hommes de la guerre et de la Résistance. »

Il y a un an, en mars 2020, en plein confinement, c’est Charlotte Beradt et son livre Rêver sous le IIIe Reich (Payot,2002) qui m’est apparu alors que j’avais cessé de rêver. Je me suis demandée à quel point ce que nous vivions collectivement se répercutait sur nos rêves ou notre absence de rêve. Le confinement, la peur et les effets du discours : « nous sommes en guerre ».

J’ai demandé à un certain nombre de personnes que je connaissais ou non à quoi ils rêvaient. Je leur ai demandé de s’enregistrer, depuis leur lieu de confinement, racontant leur rêve. Cela a donné lieu à une collecte, que je vous invite à écouter :

https://soundcloud.com/phonurgia-nova/sets/radio-labo_atelier4_recueil-de.
Rêves, rêves d’angoisse qui nous aident à réfléchir : Le confinement et les discours qui l’ont entouré

ont-ils eu des effets sur nos rêves ? En quoi nos rêves sont-ils politiques ?

Déjà chez Freud, de nombreux commentaires vont dans le sens d’une sociologie du rêve :
« Dans la vie psychique de l’individu pris isolément, l’autre intervient régulièrement en tant que modèle, soutien et adversaire, et de ce fait, la psychologie individuelle est aussi, d’emblée et simultanément, une psychologie sociale (…). » (Sigmund Freud, Essais de psychanalyse, Paris, Petite bibliothèque Payot, 1981 (1921), p.124.

Après un retour à Freud, nous nous appuierons sur nos enregistrements des rêves, mais aussi sur les exemples de Charlotte Beradt, Jean Cayrol, Emil Szittya, Ismaïl Kadaré, et plus récemment Bernard Lahire -qui introduit le rêve en tant que phénomène social- à titre d’exemples de collectes de rêves issus de la littérature ou de la sociologie. Je vous propose de réfléchir à ce que disent nos rêves de notre façon de vivre l’histoire collective.